Ana səhifə

Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar (fdr)- version 2006-2008


Yüklə 257.34 Kb.
səhifə1/4
tarix12.06.2016
ölçüsü257.34 Kb.
  1   2   3   4

Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar (FDR)- version 2006-2008

Peut être téléchargée de : http://www.ramsar.org/ris/key_ris_index.htm
Catégories approuvées dans la Recommandation 4.7(1990) modifiée par la Résolution VIII.13 de la 8e Session de la Conférence des Parties contractantes (2002) et par les Résolutions IX.1 Annexe B, IX.21 et IX.22 de la 9e Session de la Conférence des Parties contractantes (2005)
Notes aux rédacteurs :

1. La FDR doit être remplie conformément à la Note explicative et mode d’emploi pour remplir la Fiche d’information sur les zones humides Ramsar ci-jointe. Les rédacteurs sont vivement invités à lire le mode d’emploi avant de remplir la FDR.


2. D’autres informations et orientations à l’appui de l’inscription de sites Ramsar figurent dans le Cadre stratégique et lignes directrices pour orienter l’évolution de la Liste des zones humides d’importance internationale (Manuel Ramsar 7, 2e édition, modifié par la Résolution IX.1 Annexe B de la COP9). La 3e édition du Manuel, contenant les modifications en question, est en préparation et sera disponible en 2006.
3. La FDR remplie (et la ou les carte(s) qui l’accompagne(nt)) doit être remise au Secrétariat Ramsar. Les rédacteurs devraient fournir une copie électronique (MS Word) de la FDR et, si possible, des copies numériques de toutes les cartes.




Usage interne seulement

J M A






















Date d’inscription Numéro de référence du site
1. Nom et adresse du rédacteur de la FDR :
Conservatoire du Littoral

3 rue Luce de Casabianca

20 200 BASTIA

Tél : 04 95 32 38 14

Fax : 04 95 32 13 98

Email : corse@conservatoire-du-littoral.fr
2. Date à laquelle la FDR a été remplie ou

mise à jour : 03 juillet 2008



3. Pays : France



4. Nom du site Ramsar :

Le nom exact du site inscrit dans une des trois langues officielles (français, anglais ou espagnol) de la Convention. Tout autre nom, par exemple dans une langue locale (ou plusieurs) doit figurer entre parenthèses après le nom exact.


Etang de PALO



5. Inscription d’un nouveau site Ramsar ou mise à jour d’un site déjà inscrit :
Cette FDR concerne (veuillez ne cocher qu’une seule case)

a) l’inscription d’un nouveau site Ramsar  ; ou

b) des informations mises à jour sur un site Ramsar déjà inscrit 




6. Pour les mises à jour de FDR seulement : changements apportés au site depuis son inscription ou depuis la dernière mise à jour :
a) Limites et superficie du site

Les limites et la superficie du site Ramsar sont inchangées  

ou

Si les limites du site ont changé :

i) les limites ont été marquées plus précisément  ; ou

ii) les limites ont été agrandies  ; ou

iii) les limites ont été réduites**

et/ou


Si la superficie du site a changé :

i) la superficie a été mesurée avec plus de précision  ; ou

ii) la superficie a été agrandie  ; ou

iii) la superficie a été réduite**


** Note importante : si les limites et/ou la superficie du site inscrit sont réduites, la Partie contractante doit avoir suivi les procédures établies par la Conférence des Parties contractantes dans l’annexe à la Résolution IX.6 de la COP9 et avoir fourni un rapport, conformément au paragraphe 28 de cette annexe, avant de soumettre une FDR à jour.
b) Décrire brièvement tout changement majeur intervenu dans les caractéristiques écologiques du site Ramsar, y compris dans l’application des Critères depuis la FDR précédente :





7. Carte du site :

Voir annexe III de la Note explicative et mode d’emploi pour des orientations précises sur la fourniture de cartes appropriées, y compris de cartes numériques.


a) Une carte du site, avec des limites clairement marquées est incluse sous la forme suivante :
i) une copie imprimée (nécessaire pour inscription du site sur la Liste de Ramsar) :

ii) une carte électronique (c.-à-d. JPG ou image ArcView) :

iii) un fichier SIG avec des vecteurs géoréférencés des limites du site et des tableaux des attributs 
b) Décrire brièvement le type de délimitation appliqué :

P. ex. les limites sont celles d’une aire protégée existante (réserve naturelle, parc national, etc.) ou correspondent aux limites d’un bassin versant ; ou suivent des limites géopolitiques (p. ex. une juridiction locale) ou des limites physiques telles que des routes ou les berges d’un plan d’eau, etc.


Les limites sont celles du site acquis par le Conservatoire du Littoral (Cdl).




8. Coordonnées géographiques (latitude/longitude, en degrés et minutes) :

Fournir les coordonnées du centre approximatif du site et/ou les limites du site. Si le site se compose de plusieurs zones séparées, fournir les coordonnées de chacune des zones.

Latitude : 41°56’41’’ N

Longitude : 09°24’28’’ E






9. Localisation générale :

Indiquer dans quelle partie du pays et dans quelle(s) grande(s) région(s) administrative(s) le site se trouve, ainsi que la localisation de la grande ville la plus proche.


L’étang de Palo se situe sur la côte orientale de la Corse, à une centaine de kilomètres au sud de Bastia, entre Ghisonaccia et Solenzara. Il se trouve sur les communes de Serra di Fiumorbu (200 habitants) et de Ventiseri (2 500 habitants) dans le canton de Prunelli di Fiumorbu. Cet étang est relativement isolé des centres urbains importants, ce qui est avantageux pour le maintien de la qualité du milieu.




10. Élévation : (en mètres : moyenne et/ou maximale & minimale)
0 – 5 m
11. Superficie : (en hectares)
212 hectares



12. Description générale du site :

Bref paragraphe résumant les principales caractéristiques écologiques et l’importance de la zone humide.


L’étang de Palo s’inscrit au niveau de la micro-région dans une série de zones humides quasi continue, qui s’étalent sur un linéaire côtier d’environ 10 km, englobant, du nord au sud : le marais de Canna, l’étang de Gradugine, l’embouchure de l’Abatescu, l’étang d’Alzetta, l’étang de Palo et les marais situés au niveau de la Base Aérienne 126. En terme de fonctionnement, il existe des relations entre ces différentes zones humides (aux conditions écologiques et aux milieux très différents) pour la nidification et l’alimentation des oiseaux. L’avifaune nicheuse est ainsi, plus abondante à Canna-Gradugine (eau douce et milieux favorables à la nidification), mais certaines espèces viennent se nourrir sur Palo. C’est le cas du Héron pourpré et du Busard des roseaux.
Le site est composé :

  • d’un plan d’eau de 110 ha, dont la profondeur moyenne est de 1 m et dont les fonds sont peuplés d’herbiers denses (Zostera noltii, Ruppia cirrhosa,…) ;

  • d’une presqu’île centrale arborée de 27 ha ;

  • d’un lido sableux de 28 ha , qui s’étend sur un linéaire côtier d’environ 2,5 km ;

  • d’un des plus grand ensemble de sansouires de Corse (environ 42 ha) ;

  • et de prés salés sur 3 ha.

Relativement isolé, l’étang de Palo et les espaces naturels périphériques constituent un écosystème naturel préservé, d’un grand intérêt écologique, faunistique, floristique et paysager. C’est le quatrième plus grand étang de Corse. La lagune est en communication temporaire avec la mer grâce à un grau semi-naturel, situé à l’extrémité sud du lido et ouvert épisodiquement par un pêcheur pour les besoins de l’activité halieutique qu’il exerce.

Elle est alimentée en eau douce par six petits ruisseaux qui recueillent les eaux du bassin versant. Les pluies de printemps entraînent par ruissellement un apport important de nutriments dans l’étang et l’eutrophisation qui s’ensuit provoque un phénomène d’anoxie en été, contrecarré par l’ouverture du grau en hiver.
La valeur écologique du site réside principalement dans la juxtaposition, sur un espace relativement restreint, de biotopes très variés, qui forment une mosaïque de milieux allant du plus aride au plus humide, du plus doux au plus salé. Ses intérêts majeurs sont :


  • l’originalité de sa flore (hibiscus à 5 fruits, genêt de l’Etna,…) ;

  • la présence en abondance d’oiseaux hivernants (ardeidés, foulque macroule,…) ;

  • sa richesse en chiroptères (14 espèces recensées dont 5 d’intérêt communautaire), poissons (Aphanius de Corse, Anguille,…), reptiles (Tortue d’Hermann, Cistude,…).

C’est une lagune relativement bien préservée et non anthropisée.






13. Critères Ramsar :

Cochez la case située sous chaque critère justifiant l’inscription de ce site Ramsar. Voir annexe II de la Note explicative et mode d’emploi pour les critères et les orientations concernant leur application (adoptés dans la Résolution VII.11). Tous les critères applicables doivent être cochés.


1 • 2 • 3 • 4 • 5 • 6 • 7 • 8 • 9

        






14. Justification des Critères mentionnés dans la rubrique 13 ci-dessus :

Justifier chaque critère l’un après l’autre, en indiquant clairement à quel critère s’applique la justification (voir annexe II pour des orientations sur les formes acceptables de justification).


Critère 1 :

La lagune de Palo n’a pratiquement pas été modifiée par l’homme, en dehors de l’ouverture épisodique de son embouchure pour les besoins de la pêche. Elle ne subit pas non plus de pollution significative et ne se prête, pas dans l’état actuel des techniques, à des activités aquacoles qui peuvent perturber l’équilibre biologique ou physicochimique des étangs.


C’est donc une lagune préservée, non menacée par les activités présentes au niveau de son bassin versant et qui constitue un bon témoin d’écosystème lagunaire méditerranéen non perturbé.
La façade littorale de l’étang présente 2,5 km de rivage non urbanisé, situé au centre d’une zone littorale de 10 km allant de l’embouchure du Travo à celle du Fium’Orbu, qui est totalement vierge de construction sur plusieurs centaines de mètres de profondeur. C’est ainsi un ensemble pratiquement unique en Corse de dunes, de marais et de boisements littoraux, situé en totalité en zone de préemption départementale. En Corse, c’est un des principaux sites de littoral sableux encore sauvage.
Critère 2 :

Genista aetnensis (genêt de l’Etna) : Seules 4 stations de genêt de l’Etna ont été inventoriées en Corse. Il n’en reste aujourd’hui que deux : l’une sur le cordon littoral de la marine de Solaro (à environ 4 km au sud du site) qui ne compte plus aujourd’hui qu’un seul représentant ; l‘autre sur le lido de l’étang de Palo. Cette espèce est donc rarissime en Corse. La station de genêt de Palo est constituée de plus de 130 individus recensés dans le dernier quart sud du lido. Elle se trouve en limite entre la végétation dunaire et des pins maritimes. Inscrite sur la liste des plantes protégées au plan régional et d’une cotation IUCN, cette espèce a fait déjà l’objet d’un suivi scientifique et d’actions qui visent à assurer sa conservation.


Kosteletkya pentacarpos (hibiscus à 5 fruits) : cette espèce, absente sur le continent et rare en Corse (seulement 8 stations) est protégée au niveau national et considérée comme rare pour le monde et vulnérable pour la France (cotation IUCN).  5 pieds seulement ont été observés dans la partie nord du site au débouché de la route d’accès à la plage.
• L’étang de Palo abrite 5 espèces de chauves-souris, protégées au niveau national et d’importance communautaire (espèces figurant dans l’annexe II de la directive Habitat), toutes sont considérées comme vulnérables : Barbastella barbastellus (Barbastelle), Miniopterus schreibersii (Minioptère de Schreibers), Myotis capaccinii (Vespertilion de Capaccini), Myotis emarginatus (Vespertilion échancré).

On note également la présence d’une des espèces les plus rares en Europe (Nyctalus lasiopterus) et d’une espèce (migratrice en Europe) n’ayant fait l’objet que d’une seule citation en Corse (Pipistrellus nathusii).

Toutes ces espèces sont inscrites au livre rouge de l’IUCN.

Testudo hermanni : La tortue d’Hermann est une espèce en voie de régression sur l’ensemble de son aire de répartition. Les populations mondiales actuelles se limitent à deux noyaux : l’un, en Corse assez étendu et l’autre, en Provence  plus réduit. La population catalane est éteinte depuis plusieurs décennies. C’est une espèce qui bénéficie de nombreux statuts de protection et qui est considérée comme vulnérable dans le livre rouge des espèces menacées de France et liste rouge de l’IUCN. Une importante population de Tortue d’Hermann est présente sur le pourtour de l’étang de Palo (y compris à l’arrière du lido). Elle bénéficie là, d’un site naturel, relativement vaste et protégé. Seuls les incendies peuvent constituer une menace pour elle.


Anguille (Anguilla anguilla) le stock d’anguille ne cesse de diminuer de façon importante à cause de la pêche intensive, de la réduction de leurs zones d’habitat, des pollutions. Afin de reconstituer le stock, un plan européen de gestion en faveur de l’anguille est en cours d’élaboration (règlement CE n°1100/2007 du Conseil du 18 septembre 2007).


Critère 7 :

• L’Aphanius de Corse (Aphanius fasciatus) est une espèce endémique nord-méditerranéenne, non protégée au niveau national, mais inscrite à l’annexe II de la Directive Européenne « Habitats » 92/43/CEE. Cette espèce est considérée comme rare et se trouve en Corse à la limite nord-ouest de son aire de répartition. Elle est essentiellement présente dans les grandes lagunes et les petits étangs littoraux de la côte orientale. Les différentes populations sont probablement isolées géographiquement et présentent un polymorphisme qui pourrait traduire les différences environnementales liées aux divers biotopes occupés par l’espèce, mais également des divergences génétiques qui auraient une portée systématique réelle.






15. Biogéographie (information requise lorsque le Critère 1 et/ou le Critère 3 et/ou certains points du Critère 2 s’appliquent au site à inscrire) :

Nommer la région biogéographique où se trouve le site Ramsar et indiquer le système de régionalisation biogéographique appliqué.


a) région biogéographique : Méditéranéenne

b) système de régionalisation biogéographique (citer la référence) :
Système utilisé dans le cadre de la Directive « Habitat » pour la mise en œuvre de Natura 2000




16. Caractéristiques physiques du site :

Décrire, le cas échéant, la géologie, la géomorphologie ; les origines - naturelles ou artificielles ; l’hydrologie ; le type de sol ; la qualité de l’eau ; la profondeur et la permanence de l’eau ; les fluctuations du niveau de l’eau ; les variations dues aux marées ; la zone en aval ; le climat général ; etc.


Allongé parallèlement au rivage, l'étang de Palo, est peu profond et limité à l'est par un cordon littoral qui constitue le lido. Sa longueur est de 2,5 km, pour une largeur de 700 m. Il possède une presqu'île (Isola) qui part de la rive ouest et s'avance en son milieu et le sépare en deux. La communication avec la mer est temporaire et se fait par l'intermédiaire d'un grau situé à l’extrême sud de l'étang.
Cet étang d'origine lagunaire est situé sur une plaine formée d’alluvions récentes. En effet, la plaine orientale se situe sur des terrains sédimentaires néogènes et quaternaires. L’importance des dépôts sableux argileux et graveleux de cette plaine a été déterminée par une série de transgressions marines sur un effondrement du socle. L’étang s’étend sur les alluvions du cône torrentiel du Travo à l’extrémité sud de la plaine orientale. Comme son lido, il repose sur des marnes qui forment aussi la base des nappes phréatiques du bassin versant.
Le fond de l’étang est constitué d’une vase riche en matière organique. Seules les rives comportent une phase grossière (sable à l'est au niveau du lido, gravier à l'ouest). La partie nord-est est constituée par des limons et des sols asphyxiques type solontchack. L’analyse des sédiments montre le faible impact des apports du bassin versant sur l’enrichissement général du milieu en azote et en phosphore. Par ailleurs, l’étang de Palo présente un enrichissement global en matière organique tout à fait normal pour un milieu lagunaire.
Le temps de renouvellement des eaux de l’étang est :

  • de décembre à mars lorsque le grau est fermé, d’environ 20 jours (le renouvellement s’effectuant par les apports en eau douce du bassin versant) ;

  • de mars à décembre, d’environ 7 jours (le grau est alors maintenu ouvert et le renouvellement des eaux est alors assuré essentiellement par l’eau de mer).

Ce temps est relativement court comparativement à celui des autres étangs de la côte orientale de l’île.

La présence d’herbier à Ruppia cirrhosa et Zostera noltii est indicatrice d’une eau de bonne qualité, faiblement chargée en matière organique dissoute. L’importance de la biomasse végétale témoigne de la forte productivité biologique de cet étang.





17. Caractéristiques physiques du bassin versant :

Décrire la superficie, les caractéristiques géologiques et géomorphologiques générales, les types de sols principaux et le climat (y compris le type climatique).


La superficie du bassin versant de Palo est de 31 km2. Cet étang constitue l’exutoire de six petits ruisseaux aux débits irréguliers : le Callanela, le Milelli, le Stangone, le Viechiseri, le Vadinella et le Santa Maria. Il reçoit dans sa partie nord des eaux de ruissellement transitant par la zone marécageuse, ce qui le met en relation avec les marais adjacents à l’embouchure de l’Abatesco.
Les données météorologiques, provenant de la station située sur la base aérienne de Solenzara, qui limite le site au sud, permettent de caractériser le climat comme étant de type méditerranéen, marqué par des hivers doux et des étés chauds et secs. La pluviométrie moyenne annuelle est d’environ 850 mm avec des précipitations maximales en automne. La température moyenne annuelle est de 16° C.



18. Valeurs hydrologiques :

Décrire les fonctions et valeurs de la zone humide du point de vue de la recharge de l’eau souterraine, de la maîtrise des crues, du captage des sédiments, de la stabilisation des rives, etc.


• Réceptacle des eaux du bassin versant, l'étang participe à la conservation d'un capital hydrique. Sans la présence de cette zone humide, l'ensemble des eaux du bassin versant transiterait directement vers la mer avec augmentation de l'érosion en amont et diminution de la capacité des nappes phréatiques.

• Lors des crues, l'étang joue le rôle de vase d'expansion minimisant les risques d'inondation en basse plaine.

• Les herbiers aquatiques présents dans la lagune fixent les sédiments, sans qu’il y ait pour autant de tendance nette à un comblement important de la lagune.

• Enfin, l’étang est également :



  • un support de biodiversité,

  • un support pour les chaînes alimentaires,

  • un réservoir génétique,

  • un support pour l’évolution des espèces (adaptations et phénomènes de résistance),

  • un support d’activités sociales (pêche, élevage, chasse),

  • un support de la recherche scientifique,

  • un support pour l’éducation à l’environnement,

  • et une valeur d’héritage.





19. Types de zones humides :
a) présence :

Encercler ou souligner les codes correspondant aux types de zones humides du « Système de classification des types de zones humides » Ramsar présents dans le site Ramsar. Les descriptions des codes correspondants aux types de zones humides figurent dans l’annexe I à la Note explicative et mode d’emploi.


Marine/côtière : A • B • C • D • E • F • G • H • I • J • K • Zk(a)
Continentale : L • M • N • O • P • Q • R • Sp • Ss • Tp Ts • U • Va
• Vt • W • Xf • Xp • Y • Zg • Zk(b)

Artificielle : 1 • 2 • 3 • 4 • 5 • 6 • 7 • 8 • 9 • Zk(c)
b) dominance :

Énumérer les types de zones humides identifiés sous a) ci-dessus par ordre de dominance (en superficie) dans le site Ramsar, en commençant par le type de zone humide qui a la plus grande superficie.


: lagunes côtières saumâtres/salées (110 hectares)

E : rivages de sable fin, grossier ou de galets (28 hectares)

Ss : mares/marais salins/saumâtres/alcalins saisonniers/intermittents (environ 42 hectares)

Sp : mares/marais salins/saumâtres/alcalins permanents (3 hectares)



  1   2   3   4


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©kagiz.org 2016
rəhbərliyinə müraciət